Les lombalgies ou communément appelées " mal de dos " touchent 80% de la population dans notre
pays et chacun en souffre au moins une fois dans sa vie. Elles représentaient en 1992, 5% des accidents de
travail et 20% des arrêts de travail en France.
Qualifiée de " fléau social " par de nombreux auteurs, la lombalgie a des conséquences
socio-économique
importantes dans le monde du travail.


Selon une enquête du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc) de 1995 :
70% des personnes en âge de travailler ont été victimes au moins une fois d'un épisode de lombalgie,
le tiers d'entre elles a dû arrêter (au moins temporairement) son travail pour ce motif,
47% des adultes ont présenté des "douleurs du dos" dans les 4 semaines précédant l'enquête.
Il en est de même dans les autres pays européens : une enquête de 1996, portant sur les problèmes de santé
au travail réalisée dans les 15 pays de l'Union européenne, montre que 30% des salariés se plaignent de maux
de dos. L'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail estime que 60 à 90% des personnes souffriront
de lombalgies à un moment ou l'autre de leur carrière.

Les lombalgies représentent la première cause d'invalidité au travail chez les moins de 45 ans.
Leur fréquence augmente avec l'âge, jusqu'à un pic situé vers 45-50 ans. Au-delà, la fréquence tend à se stabiliser, voir à diminuer.
En 1992 en France, c'était près de 12 millions de journées de travail perdues et cela représentait un coût pour le système de
protection sociale estimé à près de 1.5 milliard d’Euros chaque année.

Tous les ans, les lombalgies sont à l'origine d'environ 176 000 accidents de travail avec arrêt (25% de l'ensemble des accidents de
travail avec arrêt). La durée moyenne de ces arrêts de travail est en croissance constante ces dernières années et atteint 50 jours
(moyenne pour l'année 2005).


Proportion d'accidents du travail localisés au tronc
Source : CNAMTS

Durée des arrêts de travail
Source : CNAMTS


La prévention par l'information et la formation des personnes aux gestes et postures qui soulagent la colonne vertébrale est le seul moyen
efficace pour éviter les accidents du travail et les douleurs rachidiennes chroniques qui entraînent souvent des arrêts de travail et un mal être
permanent chez ceux qui en souffrent.

L'apprentissage des bases anatomiques et bio mécaniques vertébrales aide à mieux comprendre, à mieux appliquer les conseils d'économie rachidienne et donc à mieux se prendre en charge. L'efficacité de l'éducation et de l'ergonomie dans la diminution de la fréquence et/ou
de la durée des arrêts de travail chez les lombalgiques est reconnue.






La prévention par l'information et la formation des personnes aux gestes et
postures qui soulagent la colonne vertébrale est le seul moyen efficace pour éviter les
accidents du travail et les douleurs rachidiennes chroniques qui entraînent souvent des
arrêts de travail et un mal être permanent chez ceux qui en souffrent.

La connaissance des bases anatomiques et bio mécaniques vertébrales aide à
mieux comprendre, à mieux appliquer les conseils d'économie rachidienne et donc à
mieux se prendre en charge.


L'efficacité de l'éducation et de l'ergonomie dans la diminution de la fréquence et/ou de la durée des arrêts de travail chez les lombalgiques est reconnue .Les praticiens rééducateurs, qu'ils soient médecins ou kinésithérapeutes connaissent l'importance du travail d'éducation.

Les acquisitions de la maîtrise du positionnement lombo - pelvien, l'éveil de la vigilance ostéo articulaire et musculaire la répétition du geste et son intégration somatique quotidienne dans le geste professionnel, sont les séquences majeures du traitement de la lombalgie commune.
Il est donc absolument nécessaire de combattre ces accidents lombaires par une éducation préventive.

La connaissance du corps, des mécanismes lésionnels et des gestes nécessaires à la protection du rachis en général est certainement la
meilleure solution si l'on veut éviter un grand nombre d'accidents et prévenir les récidives.

Lors d'une étude auprès de personnes opérées de hernies discales lombaire, il ressortait que les tranches d'âges comprises entre 30 et 60 ans étaient les plus touchées, et parmi celles-ci, les 40/50 ans qui représentaient 31% des patients opérés. Or simplement 3% des personnes interrogées avaient bénéficié de cours d'ergonomie dans leur entreprise et 2% avaient suivi des conseils d'économie rachidienne ou
"d'école du dos".

Parmi les victimes d'accident du Travail de cette étude, 61% des personnes qui avaient été victimes d'un A.T n'avaient jamais eu de
kinésithérapie ni de cours de prévention des lombalgies. Mais l'intervention chirurgicale, malgré les techniques de plus en plus fiables et
précises, n'empêche pas un nombre non négligeable d'opérés de récidiver : dans cette étude 23% des patients étaient hospitalisés pour une
seconde cure de hernie discale, (dont 87% dans les cinq années suivant la première intervention.).

La prise de conscience corporelle, la connaissance de la mobilité lombo pelvienne , l'apprentissage du verrouillage lombaire et
l'utilisation des techniques d'économie du rachis devrait être systématisée , non seulement dans les entreprises mais elle devrait être
introduite des le plus jeune âge, à l'école.